Nocturne seul

Nocturno solo

Soledad, aburrimiento,
vano silencio profundo,
líquida sombra en que me hundo,
vacío del pensamiento.
Y ni siquiera el acento
de una voz indefinible
que llegue hasta el imposible
rincón de un mar infinito
a iluminar con su grito
este naufragio invisible.

Nocturne seul

Solitude, désœuvrement,
silence inutile et profond,
ombre liquide où je m’enfonce,
pensée perdue dans son néant.
Et plus rien, pas même l’accent
d’une voix muette, indicible
pour accéder à l’impossible
pays d’une mer infinie
et illuminer de son cri
ce très lent naufrage invisible.


Xavier Villaurrutia (Mexique, 1903-1950) – Nostalgia de la muerte (1938) – Nostalgie de la mort (José Corti, 1991) – Traduit de l’espagnol (Mexique) par Jacques Ancet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.