Impasse de l’azur

Patrick Laupin
Impasse de l’Azur

Dans Impasse de l’azur , Patrick Laupin capte des morceaux d’automatismes mentaux qui le débordent et l’enchantent à la fois. À la limite du vers et au bord du chant, comme une voix écrite. Il ne cherche pas à les esthétiser, à les parfaire… Il les recueille tels quels, presque.

Poème
Je me sens solidaire des pauvres gens, des petites mains, ils souffrent, le soleil les quitte. Comment dire ? Comment faire quand on est perdu ? Quelle image sainte invoquer ? Quand on est pauvre on est pauvre partout. Quand on est seul c’est le seul qui guette. Si la mémoire est une voix audible du passé qui parle comment la comprendre ? J’ai rêvé de tant de bateaux du soleil. Je suis parti à tort et à travers de mes chansons. J’ai visité le pays des morts sans larme. J’eus mes voiliers. Mon vent libre. Mes feuillages. J’ai fait frisson du regret dans vie et mort pour toujours. Tous sont partis. Il n’y a plus personne. Je te dis la vérité, petite patience qui bouge, on dirait du temps qui souffre, qu’un vent souffle à la fenêtre.
Éditions La Passe du Vent
ISBN : 978-2-84562-321-7
10€ + (Frais de port) 2€25 = 12€25

 

 

Défiler vers le haut