Chemins

Une distance se défait
Entre nous et les choses du crépuscule
Laine, étoffes, soleil rapide,
Papiers de savoir, sur quoi deux grenades rougissent.

Derniers éclats

Nous nous y attachons comme à la trace
Au fond de l’il des morts
D’un probable assassin: leur existence usée
Qui ne pouvait plus attendre derrière la porte.

Il fait nuit sans hâte. L’invisible
Investit nos mains. Nous visitons en nous
Les chemins compliqués du sang, ce pays second
Proche des questionnaires sur les fables.

Marie-Claire Bancquart, Dans le feuilletage de la terre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lectures de poésies et rencontres de poètes à Bordeaux