Vérité nue

 

Sibila Petlevski

Et, te réveillant doucement, retrouve-moi nu en sommeil
Francis Thompson


La vérité nue

Imagine la poussière, dans un tourbillon de vent
dans l’arrière-pays ; les paysans qui s’inclinent,
ôtent leurs chapeaux devant les grains de poussière, « Dieu
vous a fait entamer ce voyage, bonnes gens », leur disent-ils.

Les visages amers, l’injustice incrustée sous les ongles.
Les drapeaux à mi-mât, brûlés par le soleil.
Imagine la poussière, les sanglots qui font trembler
les fondements des maisons. Des guirlandes décoratives accrochées

entre deux points de conscience. Imagine, d’abord,
de te jeter sur la Vénus du village en proférant
une malédiction, ensuite de voir la poussière rendre la nourriture
granuleuse, lorsque le droit de guerre te permet

de te mettre en marche avec l’étendard déployé. Seulement après,
te réveillant doucement, cherche la vérité nue.


Gola istina

Zamisli prašinu, u vrtlogu vjetra duboko
u unutrašnjosti; seljake kako se klanjaju,
skidaju kape pred zrnima prašine, « Bog
vas na put poslao, dobri ljudi », kažu im.

Gorka lica, nepravde zavučene ispod noktiju.
Suncem progorene zastave na pol koplja.
Zamisli prašinu, ridanje koje potresa
temelje kuća. Ukrasne vijence obješene

između dviju točaka savjesti. Prvo,
zamisli kako se bacaš na seosku Veneru
kletvom, kako ti prašina čini hranu
zrnatom, a ratno ti pravo dopušta povući se

s razvijenim stijegom. Tek poslije,
pomno se budeći, potraži golu istinu.

Sibila Petlevski (Croatie)

Koreografija patnje (La Chorégraphie de la souffrance) – Traduit du croate par Vanda Mikšić.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.