Une autre angoisse

 

 

Une autre angoisse

Si je pouvais,
je porterais cette odeur de menthe à mes narines,
j’arracherai les épines d’angoisse
et les veines de ses feuilles vertes.
Au coucher du soleil,
je m’allongerais au cœur des plantes humides
et j’avalerais à petites gorgées,
leurs effluves déconcertantes.
Mais ce n’est qu’une nouvelle angoisse,
une autre poésie inutile,
un discours articulé pour remplir les feuilles de l’examen cérébral
noyant le cœur dans ses désirs.
Elle est angoissée cette angoisse parfumée.

Ansjetà Oħra

Kieku nista’,
inġorr dir-riħa tan-nagħniegħ ma’ mnifsejja,
naqla’ l-iskaldi ta’ l-ansjetà bil-ponta u l-vini
tal-weraq aħdar tiegħu,
nintelaq minn tuli qalb ix-xtieli mxarrba
taħt xemx nieżla
u nibla’, boqqa boqqa,
dir-riħa skunċertanti.
Imma din mhix ħlief ansjetà ġdida,
poeżija oħra inutli,
diskors imlissen biex jimla l-karta ta’ l-eżami tal-moħħ
li jgħarraq lill-qalb f’xewqatu.
Ansjuża din l-ansjetà li tfuħ.

Adrian Grima

Maltais
Traduction : Elizabeth Grech
Production audio: Literaturwerkstatt Berlin 2010

Source : Lyrikline

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.