Pourquoi ne pas venir

Pourquoi ne pas venir, ce soir où je t’attends.
Où seul — comme bien d’autres fois — avec ma
J’écoute sur les toits pleurer le mauvais temps,
Et chanter une valse quelconque, où ta voix
S’évoque pour mon cœur, apaisante et lointaine…

La lampe veille, et les tisons, et l’humble croix.
Celle de mon bureau, qui nous vit devant elle.
Après avoir causé de rêves et d’espoirs.
Réciter en commun la prière du soir.
Je regarde, ô mon dieu, ta douleur immortelle
Et je compare, avec une humilité grande.
Ta douleur immortelle à ma peine d’un jour-Pourquoi pleurer, quand j’ai cet infini d’amour
Que tu donnes toujours sans que je te le rende ?
O mon
Dieu, qui demeurez seul après les autres.

Vous qui sûtes pourtant l’abandon des apôtres
Et qui fûtes souvent abandonné de moi.
Vous ne me demandez – est-ce une loi trop rude ?
Que de vous réserver les soirs de solitude.
Où, pour me laisser mieux connaître votre voix,
Brisant une très vieille et très chère habitude.
Celui qui fut ma peine et ma joie ici-bas.
Le plus aimé de mes amis ne viendra pas.

François Mauriac

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.