Partir

 

Nathalie Nabert

Le mal qui nous pousse
Est un mal d’aube et de crépuscule.
Commencer puis finir.
Inventer un sillage de lumière.Le jour va, vient, s’en retourne.
Fleurs du matin émerveillées,
Fleurs du soir désabusées.

Nathalie Nabert

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.