Paroles perdues

 

Alexandre Romanès

Le monde fait peur,
les mots sont usés,
l’indifférence partout.
Combien de violons méritent l’arbre ?
Combien de poètes méritent
les pages impeccables des livres ?
Heureusement qu’il y a encore
Des gestes qui rapprochent,
et le cri strident de l’oiseau de paradis
suspendu dans le ciel.

Alexandre Romanès

Paroles perdues (Gallimard, 2004)

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.