Lieu

J’entends l’éraflement d’un mouvement infime :
le son de tes cheveux quand tu tournes la tête
vers le jour qui pose puis ouvre une fenêtre
sur son ciel gris-citron et que tu vois les cimes
sans savoir s’il s’agit d’immeubles ou bien d’arbres,
d’ici ou de là-bas, de juillet ou d’octobre.

Tu fais l’inventaire avant de te lever
De tes deux possibles, duquel des deux sera.
Le héron, ce couteau, droit sous les mimosas ?
Corps et voix rue de Suez par éclats et coulées,
Ce haut canal sale, sa mouvante mélasse ?
Ou rousseur rapide de la craste qui passe ?

Va à la fenêtre, vois, dis-tu, il sera beau
et le nôtre, ce lieu, et celui qu’il nous faut.

Ken Kincaid

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.