L’heure inconcevable


A l’heure inconcevable,
celle qui nous désosse et nous déroule sur tout notre long,
celle qui nous renverse la tête sur le lit et les orbites dans la tête,
celle qui nous bée la bouche et y pique puis lâche y pique puis lâche
un filet de souffle fin, fin

A l’heure inconcevable,
celle qui nous abandonne à l’angle mort de l’aube,
à l’heure qui n’en est pas une
nous vient le savoir,
houle de verre pilé de nuit.
Il enfle et enfle
emplit le sommeil

Et on le voit au travers,
ce savoir clair
comme la conscience,
ce savoir nocturne
cette terreur certaine
lucide comme la lune,
cette omniscience instantanée
qui se plaît
dans sa brillante cruauté
à éclairer l’escalier
qui descend et se tord
sans rampe sur son bord
dans le trou des années
dans le trou des années

Ce savoir qui pousse
entre les heures
et fleurit en nous de nuit,
c’est la clairvoyance
de la malveillance
qui sourit de certitude
police le pont des noyades
susurre dans les branches
fait grincer les planches
fissure les poutres
rend péché de foutre
nous pisse dans la sève
nous évide par le web


et, juste quand on ose
quand même le bonheur,
hop !
nous glisse une tumeur,
juste quand on ose
quand même le bonheur.

Ci-gît le sommeil.
Dessus, nous, échoués sur ses draps froissés comme un front.
La sueur qui enserre nos corps est une peau de plus
nos yeux des flaques où moire ce savoir
qu’on ne veut pas voir
mais qu’on ne peut
ne pas voir.

D’instinct soudain à chaque instant on sait
que ce Je-Suis-Partout
qui s’introduit de nuit
est toujours partout
qu’il nous a bagués
qu’il nous a tagués
qu’il a l’œil sur nous
et des projets à la pelle
minutieux de fiel
pour nous,
et qu’il sent
quand il faut
d’un coup de pouce
insensible
pousser par-ci
ou bien par-là
notre chemin
ou le replier
sur lui-même
ou le dévier
ou l’effacer
pour qu’on coure sur place
en trépignant à tout petits pas bégayants
pour qu’on titube en rond
pour qu’on se bute dedans
en serrant nos portables
qu’on tape d’un même doigt
et qu’on tape et qu’on tape
dans l’espoir de trouver
l’issue de la nuit dans le GPS
l’issue

de la nuit

dans le GPS

Ken Kincaid

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.