Les Parleuses, une armée de guerrières

 

Samedi 20h30 – Halle des Chartrons
Participation : 6€

Lectures

Paris
Louise Moaty a traduit en français le poème Paris de Hope Mirrlees (Poésie magique – LesBelles Lettres). Elle nous offre la lecture de ce texte « obscur, brillant, indécent, » selon Virginia Woolf qui l’édita en 1919.

Lettres aux jeunes poétesses
Trois poétesses, parmi les vingt qui y ont contribué lisent Lettres aux jeunes poétesses (éd. de l’Arche), recueil de textes d’une “armée de guerrières, agentes de leurs propres désirs, qui avance, prend la parole, confie ses combats et délivre la poésie de ses représentations traditionnelles.”

Rim Battal
“Parle de tes sœurs, dis leurs noms, c’est aussi le tien. Sors de toi-même. […] T’inquiéte. Ce qui tue ce n’est pas la poésie, ni les émotions, ni l’expérience. Ce qui tue c’est l’inaction, les blagues sexistes et les mains au cul, au sens propre comme au figuré.”

Sandra Moussempès
“Ne cherche pas à devenir poétesse, tu l’es déjà, tu en approfondiras le socle. Sois un peu sorcière un peu Lilith, ne devient pas une Ève en côte d’Adam formatée par l’attrait des conventions.”

Sonia Chiambretto
“Pose un premier mot./ Un son./ C’est puissant./ Un mot c’est déjà écrire./…./Ce mot -si tu l’as choisi, toi, ce mot-ci, pas un autre- ce seul mot peut créer une explosion.”

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.