Les ombres grêles

Ulrike Almut Sandig

 

les ombres grêles

je ne dirai rien sur le frémissement des arbres dans la lumière,
ni sur les arbres eux-mêmes.
pas un mot sur le hêtre dans l’arrière-cour de la maison du médecin
dont la fille se meurt dans une chambre, pas un mot
sur l’arbre à clochettes bleues dans la cour de ma maison, sous lequel
toi et moi nous sommes assis jusqu’à très tard dans la nuit sous lequel
nous faisons comme si la fille du médecin n’était réelle que dans
ces poèmes que j’écris. du frémissement des arbres dans la lumière
je ne dirai que les cimes
les cimes des arbres qui tournoient dans le vent,
aux aiguilles toujours vertes. je ferai
comme si seule la lumière incandescente,
brodée dans les cimes des pins, scintillante, était vraiment réelle.
et non leurs troncs serrés étroitement là-dessous les uns contre les autres,
les ombres grêles, la forêt, les arbres eux-mêmes, jamais.

traduit par Linda Maria Baros
Versschmuggel, poesiefestival berlin 2011

schmale Schatten

ich werde vom Flirren der Bäume im Licht nichts
sagen, auch nicht von den Bäumen an sich.
kein Wort von der Buche im Hinterhof der Ärztin
deren Tochter im Schlafzimmer stirbt, kein Wort
vom Blauglockenbaum im eigenen Hof, unter dem
ich und du bis spät in der Nacht sitzen und so tun
als sei die Tochter der Ärztin nur in den Gedichten
die ich aufschreibe, echt. ich werde vom Flirren
der Bäume im Licht nur die Kronen preisgeben
die Kronen der Bäume im kreiselnden Wind und
die Nadeln, die immer grün sind, daran. ich werde
so tun, als sei nur das hitzige, flimmernde Licht
eingestickt in die Kronen der Fichten, ganz echt.
aber nicht ihre eng stehenden Stämme darunter, nie
schmale Schatten, der Wald, die Bäume an sich.

© Schöffling & Co. 2011
Extrait de: Dickicht. Gedichte
Frankfurt am Main: Schöffling & Co., 2011

Ulrike Almut Sandig

Allemand
Source : Lyrikline

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.