La route

L’enfant cherchait.

Une route à peine tracée.

Il y allait à tâtons.

Le chemin se perdait,
Noyé sous la pluie.
Et tombait la pluie.

Tombait la pluie.
Tombait.
Il marchait.
Il la regardait tomber.

Pas âme qui vive.
Il se palpa la figure.
C’est moi, dit-il.

Ce qui manquait.
Ce qui s’était perdu.
Il ne savait plus.

Continuait la pluie.
Pleuvait la pluie.
Pleuvait la pluie.

Mohamed Dib (Algérie)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.