Infinitif

 

Leonard Nolens
©Sven Van Baerle

 

L’Infinitif

Être soi-même.
Être soi-même n’importe qui.
Mais être soi-même.
Bazarder sa main droite
À des étrangers, traduire son droit de naissance
En un autre, s’entraîner jusqu’aux larmes
À loucher vers des buts, se mettre
Martel en tête avec des soucis d’amis,
Mais être soi-même.
Être soi-même n’importe qui.
Mais être soi-même.

Acheter son amour de soi
À des colporteurs, avec la haine de soi
Dresser des chiens, avec sa maladie du cœur
Accorder des centaines d’horloges là-bas
Dans un pays d’outre-mer, au plus profond
De la nuit effectuer d’électroniques transferts bancaires
Comme un morveux de sept ans, perdu
Dans la maison disparue de ses parents.

Mais être soi-même.
Quelle merveille, quelle fatigue,
Être soi-même n’importe qui.

<small

De infinitief

Jezelf zijn.
Jezelf zijn om het even wie.
Maar jezelf zijn.
Je rechterhand verkwanselen
Aan vreemden, je geboorterecht vertalen
In een ander, tot huilens toe trainen
In scheelzien naar doelen, je kop
Verliezen in muizenissen van vrienden,
Maar jezelf zijn.
Jezelf zijn om het even wie.
Maar jezelf zijn.

Je eigenliefde kopen
Van straatventers, met je zelfhaat
Honden dresseren, met je hartaandoening
Honderden klokken gelijkzetten daar
In een land overzee, in het holst
Van de nacht elektronisch bankieren
Als snotaap van zeven, verdwaald
In zijn verdwenen ouderhuis.

Maar jezelf zijn.
Hoe prachtig, hoe vermoeiend,
Jezelf zijn om het even wie.

Leonard Nolens (Belgique-Flandres)

© Querido
Extrait de: Manieren van Leven
Amsterdam: Querido, 2001
Production audio: het beschrijf, Brussels 2002

Source :Lyrikline

 

 

Source : Lyrikline

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.