Imagine un monde heureux



Toi qui depuis quelque temps
Arrondis son ventre blanc
Pour y faire ton premier berceau,
J’ai envie, de temps en temps,
Que tu saches tout avant
Qu’on entende ton premier sanglot,
Te parler dans ton silence
De ta future existence.

Imagine, imagine un peu la vie,
Imagine, imagine après ta nuit,
Imagine la lumière, le printemps,
Imagine, imagine, n’aie pas peur
Imagine, imagine un peu les fleurs,
Les forêts, les oiseaux, les enfants qui…
Imagine, imagine encore le monde en bleu
Qu’ils ont au cœur et dans les mains et dans les yeux,
Imagine un monde heureux.

Bien avant que tu n’aies l’âge
De monter jusqu’aux nuages,
Tu connaîtras l’orage, la pluie,


Bien sûr des femmes en larmes,
Bien sûr des hommes en armes,
Comment on serre le poing aussi.
En attendant ces colères,
Dors sous le sein de ta mère.

Imagine, imagine un peu la vie,
Imagine, imagine après ta nuit,
Imagine la lumière, l’océan
Imagine, imagine à ton tour,
Imagine, imagine un peu l’amour
Un je t’aime échappé, cœur tremblant, oui,
Imagine, imagine encore le monde en bleu,
Tu l’as au cœur et dans tes mains et dans tes yeux,
Imagine un monde heureux
Et si tu ne le vois pas,
Ils te feront comme à moi,
Ils te brûleront les yeux.

Jacques-Émile Deschamps

2 réflexions sur « Imagine un monde heureux »

  1. À propos de regards, des yeux puissants et autres façons de voir & de regarder :
    Cet extrait d’un texte , illustrant une photo d’un mascaron, ou figure de pierre sculptée , sur les pierres du Château d’eau De Montpellier :
    cette tête d’homme barbu et moustachu aux cheveux mi-longs et aux yeux particulièrement vivants.

    « De ses yeux, on a dit qu’ils avaient une telle force d’absorption, que lorsqu’ils regardaient un dessin on s’étonnait qu’il resta quelque chose sur le papier.
    Le même phénomène se produisait également lorsqu’ils se posaient sur une femme : elle ne pouvait y résister longtemps et souvent il n’en restait plus grand chose quand le regard de Picasso s’en détournait. »

    Luc Vezin
    Montpellier tête en l’air
    Patrick Boulet
    2ème édition

  2. Idem : tête sculptée , figure de pierre 15, rue du Palais des Guilhems . Jeune fille aux yeux ronds et exhorbités

    «  Tes yeux sont si profonds qu’en me penchant pour boire
    J’ai vu tous les soleils y venir se mirer s’y jeter à mourir tous les désespérés
    Tes yeux sont si profonds que j’y perds la mémoire.

    Aragon
    Les yeux d’Elsa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.