Fin

Frère, tout livre te semble une maladie vaincue.
Mais celui qui t’a parlé est sous terre.
Il est dans l’eau. Il est dans le vent.
Ou plus loin peut-être.

Avec cette page je ferme la porte, je pousse le verrou.
Désormais je serai ailleurs, en haut ou en bas.
Toi, éteins ta bougie et interroge-toi :
où va le mystère des choses vécues ?

Tes oreilles ont-elles retenu une seule parole ?
Laisse là le dit du sang
tourne ton âme vers le mur
et tes larmes vers le couchant.

Lucian Blaga
(L’étoile la plus triste ; traduit du roumain par Sanda Stolojan)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.