Éditeurs

 

 


En 2010, Bruno Doucey et Murielle Szac fondent les Éditions Bruno Doucey (diffusion: Harmonia Mundi), qui, huit ans après,  proposent une centaine de titres à leur catalogue, avec un tirage moyen affiché de 1200 exemplaires, ce qui est exceptionnel dans le domaine de la poésie. En 2019, un des auteurs publié par la maison, Yvon Le Men, reçoit le Prix Goncourt de la Poésie.Les Éditions Bruno Doucey sont une maison indépendante, libre de ses options et de sa politique éditoriale dans une filiation avec les éditions Seghers, nées à la fin de la Seconde Guerre mondiale des valeurs de la Résistance et de la Libération.« Une poésie vivante et généreuse, … qui ouvre nos horizons et nous rend plus forts ensemble, voilà la poésie que cette nouvelle maison d’édition veut promouvoir. Poète, éditeur de poètes, j’entends d’abord faire découvrir les richesses insoupçonnées des poésies du monde. Les poètes que nous publions proviennent de tous les continents : de France bien sûr, mais aussi des États-Unis, d’Irak, du Canada, d’Haïti…À l’heure où la France fait valoir les prérogatives de son Identité nationale, nous tenons à rappeler que la langue française ne possède ni cadastre ni titre de propriété. Elle est un espace libéré des frontières où chaque être repousse les limites de l’horizon d’autrui. Poésie de combat, en somme ? Oui, dès lors que nous apprenons à métisser nos héritages culturels et humains pour bâtir un nouvel art de vivre ensemble.» Bruno Doucey

 

 

Créées en 2009, les Éditions Musimot sont axées essentiellement sur l’écriture poétique dans les différents genres littéraires. Elle publie des textes courts dont l’écriture poétique est déterminante, mais aussi des textes ayant un regard sur notre société.

Les éditions Musimot sont une émanation de l’association Musimot, association à vocation culturelle ayant pour objectif la promotion des différentes expressions artistiques et de la littérature. Elle travaille en collaboration avec des artistes (musiciens, peintres, graphistes, photographes, sculpteurs…) dans un souci de mettre en avant la transversalité des différentes expressions artistiques.

 

 

Les Éditions Gros Textes sont une maison d’édition associative qui publie des recueils relevant la plupart du temps de la poésie ou à la marge de la poésie. Le ton privilégié voudrait être celui de la légèreté, de la poésie du quotidien ou des textes écrits pour la voix. La ligne éditoriale se revendique volontiers d’un sillon littéraire laissé par les œuvres de Brautigan, Bukowski ou L’Anselme.

 

 

Les éditions José Corti ont été fondées en 1938 par José Corti, de son état civil José Corticchiato (1895-1984).

La maison d’édition José Corti s’engage, sous l’Occupation, dans la publication de textes clandestins. Elle publie de nombreux textes poétiques après la guerre, ainsi que des travaux universitaires parmi les plus novateurs et des rééditions d’auteurs peu connus voire oubliés, notamment du domaine anglais, comme Ann Radcliffe, William Thoams Beckford ou encore Horace Walpole.

L’auteur le plus connu publié par José Corti, Julien Gracq (Le Rivage des Syrtes), reflète assez bien l’esprit qui règne dans cette maison d’édition : efforts pour la recherche littéraire plus que pour les gros profits et engagement dans des voies plus ou moins risquées.

Inscrite au-dessus et au-dessous d’une rose des vents – rappel d’une filiation de navigateurs – (frappée en son centre des initiales J.C.), la devise des éditions José-Corti, « Rien de commun », renvoie à l’époque de la naissance de la maison où les tirages étaient confidentiels et à l’engagement de la maison. Elle a une deuxième signification : José Corti aurait voulu, sous l’Occupation, montrer de manière implicite que sa maison d’édition n’avait « rien de commun » avec les occupants allemands.
Après la mort de son fondateur en 1984,la maison d’édition José-Corti poursuit son activité sous la direction de Bertrand Fillaudeau, entré en 1980 comme assistant de José Corti, et rejoint, depuis 1996, par Fabienne Raphoz.

Tout en conservant l’esprit initial, Bertrand Fillaudeau ouvre le catalogue à de nouveaux auteurs (Éric Faye, Ghérasim Luca, Michel Fardoulis-Lagrange, Georges Picard) et crée deux nouvelles collections, « Ibériques » et « En lisant en écrivant », du nom de l’essai de Julien Gracq (1980). Cette collection regroupe des essais d’écrivains sur la relation qu’ils entretiennent avec l’écriture et la lecture. Fabienne Raphoz crée trois collections « la collection Merveilleux », la « Série américaine » et « Biophilia ». Elle accueille de nouveaux auteurs français contemporains (notamment Caroline Sagot-Duvauroux, Tatiana Arfel et Marc Graciano).

 

 

Paul Otchakovsky-Laurens a d’abord travaillé aux éditions Flammarion, où Henri Flammarion lui confie en 1973 la collection « Textes », avant de créer sa collection POL chez Hachette livre, en 1977. Il crée finalement sa propre maison d’édition, les éditions P.O.L en 1983, en publiant deux livres : Le Livre des ciels de Leslie Kaplan et L’Invention du corps de Saint Marc de Richard Millet.

En 1984, Marguerite Duras devient directrice d’une collection nommée « Outside » dans laquelle elle publie de nouveaux auteurs, notamment Catherine de Richaud, Nicole Couderc et Jean Pierre Ceton (Rapt d’amour, mars 1986). L’essor de la maison d’édition dans les années 1990 est dû principalement au succès de deux romans, Truismes de Marie Darrieussecq et La Maladie de Sachs de Martin Winckler.

En 2003, Antoine Gallimard qui depuis 1994 était actionnaire du capital pour un tiers, devient majoritaire en portant sa participation à 88 % : « Je l’ai fait par amitié et par respect. POL est un artisan rigoureux, intransigeant, indépendant. La littérature a besoin d’hommes tels que lui. » L’acquisition de capital se fait à l’amiable, le fondateur conservant son siège de PDG et le pouvoir de décision.

 

 

Installé entre Nîmes et Avignon, Jacques Brémond est éditeur depuis 1975. Il avait auparavant travaillé avec l’éditeur Robert Morel et lancé, dès 1969, la revue Voiex. Il publie principalement de la poésie mais son catalogue contient aussi du théâtre et de la peinture. Il édite des poètes contemporains avec deux règles auxquelles il n’a presque jamais dérogé : ne pas éditer de poètes disparus et ne pas faire de rééditions. Il travaille de manière artisanale, en typographie, sur de beaux papiers, avec, pour chaque ouvrage, une maquette et une couverture originale. Il fait souvent intervenir dans ses livres des peintres et plasticiens.

 

 

La Boucherie littéraire à pour vocation de défendre et promouvoir la petite édition exigeante et de qualité. Elle se donne pour mission de promouvoir toutes les littératures, et en particulier la littérature jeunesse, la poésie et le théâtre…
Pour se faire, la Boucherie littéraire peut tour à tour être une librairie itinérante ou une librairie sauvage que l’on peut retrouver là où l’on ne s’y attendrait pas.
Elle peut être organisatrice ou coorganisatrice de manifestations littéraires ou portant sur le Livre.
Elle peut se donner mission de soutenir la création littéraire et poétique en particulier, en défendant des auteurs et/ou en présentant leurs travaux de diverses manières que se soit ainsi que par l’édition.
La Boucherie littéraire est une association, à but non lucratif.

 

 

Depuis 2010, Abordo se consacre principalement à la promotion des écritures actuelles et à la diffusion de la poésie contemporaine.

« A bordo !» (Montez à bord !)
Par cette injonction, les éditions Abordo vous invitent au voyage, à venir avec elles à la découverte de poésies nouvelles, ou à la redécouverte d’auteurs disparus dont la parole est toujours en résonance.

En gardant le cap d’une ligne éditoriale originale et singulière, en s’appuyant sur la volonté d’affirmer l’acte poétique comme un lieu de réflexion et d’expression esthétique, elles fabriquent des livres qui privilégient les écritures vivantes, ouvertes sur le monde,défendant et affirmant la singularité de l’acte poétique et de l’écrit comme lieu privilégié de réflexion et d’expression esthétique.

« Ne chantons pas la rose, faisons-la fleurir ! »

 

 

Pierre Mainard

Éditeur de poésie et de littérature française

Fondées en 1999, par Stéphane Mirambeau, à Nérac en Aquitaine, les éditions Pierre Mainard publient une demi douzaine de livres par an.

« Chez Pierre Mainard, la littérature décide. C’est même la force de cet éditeur qui peut assumer chacun des soixante-dix ouvrages de son catalogue et continue de les porter longtemps après leur sortie. Nostalgie de Wou- Ling de Joël Cornuault, Le Papillon et la poutre de Baldomero Fernandez Moreno, Un trou dans le monde de Lucien Suel qui vient de dépasser le millier d’exemplaires, sont lentement devenus des « classiques ». En refusant la précipitation et le remplissage, Stéphane Mirambeau s’accorde le luxe minimum d’être un éditeur faisant des choix. Certes, on devine près de lui une communauté d’auteurs (Christophe Massé, Anne-Marie Beeckman, Joël Cornuault, libres de langue et parlant à l’oreille des lecteurs). » (extrait d’un article de Sébastien Gazeau, Ecla Aquitaine, 2009)

 

Editions Eric Pesty

Cet éditeur de poésie occupe un espace qui “se veut volontiers marginal” : il publie deux ou trois titres par an et s’intéresse aux marges de l’écriture poétique (essais, entretiens, carnets, journaux d’écrivains…)

L’objet-livre est en outre une préoccupation essentielle d’Eric Pesty : “un livre est un espace mental spécifique qu’il faut inventer à chaque publication”.

 

 

 

Les éditions Le Castor Astral ont été créées à Bordeaux en 1975 par deux étudiants en “Carrières du Livre”, Jean-Yves Reuzeau et Marc Torralba.

Aujourd’hui, cette aventure éditoriale est menée par plusieurs équipes autour de Marc Torralba à Bordeaux, Jean-Yves Reuzeau à Paris et Francis Dannemark à Bruxelles. François Tétreau est le correspondant à Montréal.

Le catalogue est principalement axé sur la littérature française, la littérature étrangère (notamment la littérature flamande) et sur la musique. Il se distingue à la fois par une grande exigence de contenu et un soin tout particulier apporté à l’objet livre. Tout est maîtrisé en interne, dans un esprit artisanal, du manuscrit aux fichiers remis aux imprimeurs.

La maison d’édition attache autant d’importance à la réhabilitation d’auteurs majeurs (Emmanuel Bove, René Guy Cadou, Louis Parrot, etc.) qu’à la publication de textes méconnus d’auteurs classiques (collection « Les Inattendus »), ainsi qu’à la découverte et la défense d’auteurs contemporains (Claude Bourgeyx, Yves Buin, Jean-Louis Crimon, Francis Dannemark, Patrice Delbourg, Xavier Deutsch, Eva Kavian, Philippe Lacoche, Hervé Le Tellier, Bernard Morlino, Marie-Ève Sténuit, Régine Vandamme, etc.).
Loin des préoccupations des « grandes » maisons d’édition inféodées à la rentabilité forcenée, Le Castor Astral publie avec passion et plaisir, cherchant à instaurer des liens privilégiés avec ses auteurs et ses lecteurs.

 

 

Défiler vers le haut