Black is beautiful !

Le samedi 9 mars à 20h30 sous la Halle des Chartrons, quatre poètes – Rodney Saint-Éloi, Capitaine Alexandre, Nafissatou Dia Diouf et Julien Delmaire – invoquent un monde habité par la conscience de la beauté et de l’amour pour avancer et vivre ensemble, au cœur brûlant du poème. Ils sont accompagnés par le musicien Alain Larribet.

Au cours de cette soirée proposée par l’éditeur canadien Mémoire d’encrier, les poètes s’interrogent sur ce qu’en poésie veut-dire aujourd’hui être Noir. Ils tentent quelques réponses mais, finalement, peu importe la couleur, ce qui importe est la voix de la justice et du désir, la voix de ce qui demeure inaltérable, la beauté…

Entrée libre

Rodney Saint-Éloi
Poète, écrivain, essayiste, éditeur, né à Cavaillon (Haïti), Rodney Saint-Eloi est l’auteur d’une quinzaine de livres de poésie, dont Je suis la fille du baobab brûlé (2015, finaliste au prix des Libraires, finaliste au Prix du Gouverneur général), Jacques Roche, je t’écris cette lettre (2013, finaliste au Prix du Gouverneur général). Il dirige plusieurs anthologies. Il a publié Haïti Kenbe la! en 2010 chez Michel Lafon (préface de Yasmina Khadra). Pour la scène, il a réalisé plusieurs spectacles dont Les Bruits du monde, les Cabarets Roumain, Senghor, Césaire, Frankétienne. Il est l’auteur de l’essai Passion Haïti (Septentrion, 2016). Lui a été décerné le prestigieux prix Charles-Biddle en 2012. Il a été reçu en 2015 à l’Académie des lettres du Québec. Il dirige la maison d’édition Mémoire d’encrier qu’il a fondée en 2003 à Montréal.

Capitaine Alexandre (Marc Alexandre Oho Bambe)

Poète slameur et romancier, Marc Alexandre Oho Bambe dit Capitaine Alexandre sème des notes et des mots, de résistance et de paix, de mémoire et d’espoir.

Être écrivant au tempo du cœur, il inscrit ses poèmes et ses pas dans ceux essentiels, de ses guides à penser et professeurs d’espérance : sa poésie chante les possibles, le don de soi, l’amour et la révolte, la quête de l’humain, « rien que l’humain » et le refus radical de vivre « les bras croisés en l’attitude stérile du spectateur »

Il a publié six livres : ADN (Afriques Diasporas Négritude),  Le Chant des possibles (récompensé par le Prix Fetkann de poésie et le prix Paul Verlaine de Poésie de l’Académie Française en 2015), Résidents de la République (essai écrit en « état d’urgence » en 2016) aux Editions La Cheminante et De terre, de mer, d’amour et de feu (en 2017) aux éditions Mémoire d’Encrier. Son premier roman, Diên Biên Phù (récompensé par le prix Louis Guilloux 2018) est paru en mars 2018 chez Sabine Wespieser éditeur, en même temps que son nouveau recueil de textes Ci-gît mon cœur (Ed. La Cheminante).

Membre fondateur du Collectif On A Slamé Sur La Lune, Capitaine Alexandre est également chroniqueur (Africultures, Mediapart, Le Nouveau Magazine Littéraire) et intervenant en milieu scolaire et universitaire où il propage auprès des jeunes le respect et le sens, l’essence de la vie curieuse de l’Autre et de l’existence libre, affranchie des dogmes et des extrêmes.

Marc Alexandre Oho Bambe a été fait Chevalier de l’Ordre National du Mérite par décret présidentiel du 2 mai 2017.

Capitaine Alexandre slame ses textes et chante les possibles sur les scènes du monde entier.

Pour plus d’informations : www.capitainealexandre.com

Julien Delmaire
Né en 1977, Julien Delmaire est poète, slameur et romancier. Plusieurs de ses poèmes ont été traduits en anglais, en espagnol, japonais en allemand et en italien. Depuis plus de quinze ans, il multiplie les performances poétiques sur scène, un peu partout dans le monde. Julien Delmaire encadre de nombreux ateliers d’écriture dans les établissements scolaires, en hôpital psychiatrique, en milieu carcéral, ainsi que dans les bibliothèques et les médiathèques. Son premier roman “Georgia”, publié aux éditions Grasset, a remporté le Prix de la Porte Dorée. En 2016, il publie “Frère des Astres” qui reçoit le prix Spiritualités d’Aujourd’hui puis, en 2017, “Minuit, Montmartre” toujours chez Grasset.

Nafissatou Dia Diouf
Écrivaine et chroniqueuse, Nafissatou Dia Diouf est présentée par ses pairs comme l’une des valeurs sûres de la nouvelle littérature sénégalaise. Son univers littéraire est ancré dans une Afrique contemporaine vivante et colorée. Très éclectique dans ses thématiques comme dans les genres explorés, de la poésie à la nouvelle en passant par la littérature jeunesse et les textes de chansons, sa production lui a valu plusieurs distinctions nationales et internationales. Elle a publié « La maison des épices » aux éditions Mémoire d’encrier.

Alain Larribet
Nourri par ses voyages et passionné par les instruments ethniques et traditionnels, Alain Larribet, musicien, chanteur, et compositeur, ne cesse de se former depuis 20 ans auprès d’artistes confirmés tels que Adama Dramé, Mamady Keita, Youval Micenmacher, Beñat Achiary et Tran Quang Hai. En 2006, il s’associe à deux autres artistes, Cédric Maly et Sophie Sérougne pour fonder la compagnie Pléiades. Il compose et produit des musiques pour l’audiovisuel ainsi que pour de grandes compétitions sportives mais aussi des créations sonores pour des spectacles de danse, de cirque, de théâtre et pour des spectacles pyro-scéniques… Aujourd’hui, Alain Larribet réalise de belles collaborations avec Murray Head, mais aussi Yannick Jaulin (« Ma langue maternelle va mourir et j’ai du mal à vous parler d’amour »), Capitaine Marc-Alexandre (« Opéra Slam »), Jésus Aured (NUNA QANIK) et Pierre-Michel Grade (SOMA).

Une réflexion sur « Black is beautiful ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.