Vivante demain

Vivante demain

Par la grande échappée du mur
Je t’ai reçue votive de la main de l’hiver

Je te regardais traversant les anneaux de sable des cuirasses
Comme la génération des mélancoliques le préau des jeux

Sur l’herbe de plomb
Sur l’herbe de mâchefer
Sur l’herbe jamais essoufflée
Hors de laquelle la ressemblance des brûlures avec leur fatalité n’est jamais parfaite
Faisons l’amour.

René Char

Le marteau sans maître, Poésie/Gallimard 2002

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *