Fragments d’automne

Fragments d’octobre

Assis près de l’arbre,
N’oublie guère
Que son nombre t’entoure.
Le chemin devant toi,
Son passé derrière toi.
Quel que soit ton choix
Il y a embarras.
Combien de fois j’érafle la phrase
pour atteindre la phrase
Combien de temps me faut-il
pour atteindre l’origine ?
Tous les sens sont tapis dans la lettre
La forme dit :
Je suis un vestige lointain dans la mémoire d’une lettre
Le secret de la lettre est le mystère de la forme.
Elle dit :
Mon secret est lettre
Ma lettre est tatouage
Mon tatouage est gravure
Sens apparents et cachés selon les circonstances
Tout ce qui fut inscrit, était dans mes secretys.
Oh, comme une gêne
à la lisière de la langue
Je t’ai prononcé de par mon cœur.
Quant à la langue, elle est à la merci de l’oreille.
Et toi
es-tu forme ou lettre,
édifice ou sens ?
Je t’ai attendu de par le cœur
Quant à la parole, elle est à la merci de l’être
Nous sommes un fragment ininterrompu.
et te voilà devant un sens inspiré d’un sens.
Chaque langue est un être à part entière
une inscription sur la pierre philosophale avant l’oubli.

Mohamed Idali (Maroc)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *