C’est ainsi que nous nous sommes séparés

Keshtu u ndame

Keshtu u ndame
Duart njeri-tjetrit si zgjatem.
Ikem si dicka e pambaruar
Nje cigare.
Nje limonade.

Sepse ti nuk u bere e imja.
Ti sme dhe mua,te huajit,plotesisht dashurine.
Ashtu si rete
Qe se leshojne kurre mbi tropik
Deboren e virgjer
Por e ruajne per Verin.

C’est ainsi que nous nous sommes séparés

C’est ainsi que nous nous sommes séparés,
Sans tendre les mains l’un vers l’autre,
Disparaissant telle une chose inachevée.
Une cigarette.
Une limonade.

Car tu n’es pas devenue mienne.
À moi l’étranger, tu n’as pas donné tout ton amour
À l’instar des nuages
Qui ne lâchent jamais sous les tropiques
Leur neige immaculée
Mais au Nord l’offrent un jour.


Moscou, 1958.

Ismail Kadaré

(né en 1936 à Gjirokastër, Albanie) – œuvres complètes, tome 11 (Fayard, 2002)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.