Au fils du nomade

Au fils du nomade

Au fils du nomade
Chausse tes sandales
Et foule le sable qu’aucun esclave n’a piétiné.
Éveille ton âme
Et goûte les sources qu’aucun papillon n’a frôlées.
Déploie tes pensées
Vers les Voies lactées dont aucun fou n’a osé rêver.
Respire le parfum des fleurs qu’aucune abeille n’a courtisées.
Écarte-toi des écoles et des dogmes,
Les mystères du silence
Que le vent démêle dans tes oreilles te suffisent.
Éloigne-toi des marchés et des hommes,
Et imagine la foire des étoiles :
Ô, Orion dans son épée,
Ô, sourient les Pléiades autour des flammes de la Lune
Où pas un Phénicien n’a laissé ses traces
Plante ta tente
Dans les horizons où aucune autruche n’a songé à cacher ses œufs
Si tu veux te réveiller libre comme un faucon qui plane dans les cieux
L’existence et le néant suspendus à ses ailes
La vie et la mort

Hawad

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *