Celui qui n’est pas encore né

 

Carles Duarte i Montserrat

 

Celui qui n’est pas encore né

“Et plus heureux que les uns et les autres, celui qui n’est pas encore né”.
ECCLÈSIASTE, 4.2

Celui qui n’est pas encore né,
qui n’a vécu ni la douleur ni la parole,
ni la croissance ni l’extinction des jours,
que l’avidité des corps n’a pas blessé,
pas plus que l’éclat de la lumière sur ses mains,
celui qui ne connaît pas l’agilité du puma
ni les couleurs voyantes du perroquet,
celui qui, non plus, n’a souffert du froid inhospitalier
ni de la lourde moiteur
qui ralentit les heures,
celui qui n’a pas essayé le vieux costume de la mer,
qui n’a touché ni les arbres ni les roches,
celui qui n’a pas emprunté le chemin de la mort.

Peut-être est-il heureux
celui qui n’est pas encore né,
mais il ne garde ni sur sa peau, ni dans sa mémoire,
la saveur des ans,
et la texture du vent
n’habite pas son sang,
et le cri de la tendresse
n’a pas fructifié sur ses lèvres.

Peut-être est-il heureux
sans l’odeur du thé
et le goût de l’orange.

Moi, je ne le pourrais pas.

Aquell qui encara no ha nascut

“Més feliç que els uns i els altres és el qui encara no ha nascut”
Eclesiastès, 4.2

Aquell qui encara no ha nascut
no ha viscut ni el dolor ni la paraula,
ni el creixement ni el cansament dels dies,
ni l’ha colpit l’avidesa dels cossos
o el llambrec de la llum damunt les mans,
i no coneix l’agilitat del puma
ni els colors vistents del guacamai;
no ha sofert tampoc cap fred inhòspit
ni la humitat feixuga
que alenteix les hores,
no s’ha emprovat el vell vestit del mar,
ni ha tocat els arbres ni les roques,
ni ha caminat la mort.

Potser és feliç
el qui encara no ha nascut,
però no duu ni a la pell ni a la memòria
el tast dels anys,
i la textura del vent
no n’habita la sang,
ni ha fruitat als seus llavis
el crit de la tendresa.

Potser és feliç
sense l’olor del te
i el gust de la taronja.

Jo no podria ser-ho.

Carles Duarte

Extrait de: Tríptic hebreu
La Magrana/RBA, 2002
Production audio: Institut Ramon Llull
Traduit du catalanpar Marie-Claire Zimmermann
Triptyque hébreu, Écrits des Forges, 2005

Source : Lyrikline

 

 

Défiler vers le haut