Voici mon cœur


This is my heart

This is my heart. It is a good heart.
Bones and a membrane of mist and fire
are the woven cover.
When we make love in the flower world
my heart is close enough to sing
to yours in a language that has no use
for clumsy human words.

My head, is a good head, but it is a hard head
and it wirrs inside with a swarm of worries.
What is the source of this singing, it asks
and if there is a source why can’t I see it
right here, right now
as real as these hands hammering
the world together
with nails and sinew?

This is my soul. It is a good soul.
It tells me, “come here forgetful one.”
And we sit together with a lilt of small winds
who rattle the scrub oak.
We cook a little something
to eat: a rabbit, some sofkey
then a sip of something sweet
for memory.

This is my song. It is a good song.
It walked forever the border of fire and water
climbed ribs of desire to my lips to sing to you.
Its new wings quiver with
vulnerability.

Come lie next to me, says my heart.
Put your head here.
It is a good thing, says my soul.


Voici mon cœur.

Voici mon cœur. C’est un bon cœur.
Os et membrane humide et flammes
en sont la couverture tissée.
Quand nous faisons l’amour dans le monde fleur
mon cœur est suffisamment près pour chanter
au tien dans une langue qui n’a pas cours
chez les mots humains maladroits.
.
Ma tête, est une bonne tête, mais elle est dure
et dedans vrombit un essaim de soucis.
Quelle est la source de ce chant,  questionne-t-elle
et s’il y a une source pourquoi ne la vois-je pas
ici, maintenant aussi réelle que ces mains
martelant le monde
de ses ongles et de ses tendons?

Voici mon âme. C’est une bonne âme.
Elle me dit « viens ici toi l’oublieuse.»
Et nous nous asseyons ensemble en compagnie de petits vents
qui grincent en cadence dans le taillis de chênes.
Nous cuisinons un petit quelque chose de doux pour
la mémoire.

Voici ma chanson. C’est une bonne chanson.
Elle longeait éternellement la frontière du feu et de l’eau
grimpait les côtes du désir jusqu’à mes lèvres afin de chanter pour toi.
Ses ailes nouvelles frissonnent de
vulnérabilité.

Viens t’allonger près de moi, dit mon cœur.
Pose ta tête ici.
C’est une bonne chose, dit mon âme.


Joy Arjo
Traduction Béatrice Machet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.