Viellir encore

 

Odile Caradec

C’est ça le vieillissement
On ne peut plus se réchauffer les pieds
Même sous une grosse couette rougeLa tête tout en haut ne correspond plus
Mais plus du tout au reste
Le corps est en vadrouille
L’âme est partie si loin
Le pire, c’est les pieds

Ah ! les pieds des grand-mères
Il faut les mettre sous la cendre
Comme les pommes de terre du temps jadis
Les merveilleuses pommes de terre cuites à la cendre
Mangées sans beurre, noires et chaudes
La peau si bonne et le pulpe tant délectable

Odile Caradec

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.