Une histoire

Esther Granek

Et c’est au fil de nos sourires
que se noua le premier fil.
Et c’est au fil de nos désirs
qu’il se multiplia par mille.

Était-ce au fil de mes espoirs
qu’en araignée tu fis ta toile ?

Car c’est au fil de tes départs
qu’au piège je fus l’animal…

alors qu’au fil de ton plaisir
se brisera… le dernier fil.

Esther Granek

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.