Une effroyable beauté va survenir


Reflets.
Mousses.
Douceurs d’épiderme.
Rai de lumière dans la ramure.
Chant profond monté des grottes abyssales.
Soie de pétales.
Frisson de vent.
Très long hululement.
Secousse sismique.
Vagues.
Repos dans la paix des savanes.
Silence dans les dunes.

Au début, personne ne savait : champignon, bouton de fleur sous l’humus…
On vaquait sans voir l’infime poussée de vie. On vaquait à l’aveugle, comme souvent. Lotus fut, dans cet abrutissement des routines, la seule à qui « la chose » fit signe.
Entre les feuilles.

Caresse de zéphyr sur les graminées.
Écho de rythmes lointains.
Griffe.
Battement.
Souffle.
Troupeaux déferlants.
Félins embusqués.
Larves.
Aréoles d’étamines.
Feulement.
Insectes affairés.
Éclair d’écailles sur l’étang.
Larmes.
Moirures d’élytres.
Âcre exhalaison d’humidité.
Sel.

Dès lors, on eût dit une impulsion magnifique. Implacable. Superbe et implacable. Plus rien ne serait comme avant.
Car il importait peu qu’un jour l’éclosion advînt. Qu’une zébrure lézardât le carcan des servitudes. Qu’on se penchât sur la corolle dans la mortelle sidération de l’absolue splendeur. « Une effroyable beauté va survenir »…
Personne ne prononcerait ces paroles. On verrait juste couler l’or des prunelles effarées.


Marcher.
Regarder l’horizon.
Cueillir.
Humer la trace des bêtes.
Suivre l’étoile.
Déterrer une racine.
Polir la flèche.
Trembler de froid.
Se fondre dans le ciel.
Marcher.
Sentir la brise.
Avoir peur.
Rire.
Marcher.
Goûter un fruit acide.
Avoir mal aux dents.
Faire des rêves éblouissants.

Lotus savait depuis toujours.
Elle était déjà loin. Quand cela se produit, il n’y a pas de temps à perdre. Elle vous donne tout, ne vous demande aucun effort, si ce n’est de la voir. Et de vous y abandonner.
Faute de quoi…

Fouler l’herbe.
Scruter le fond de la rivière.
Couler des moments tranquilles.
Marcher.
Apercevoir la couleuvre.
Casser une brindille.
Lécher une perle de sang.
Marcher.
Sentir les galaxies basculer.
Observer le scarabée.
Entendre pulser l’infini…

Sachez en tout cas que son heure est venue


Annie JUNJAUD
Troisième prix au concours de poésie du Marché de la Poésie 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.