Sonnet

Sonnet

Le grand Hector gît, percé de flèches,
son âme flotte sur les eaux noires,
les buissons gémissent, les nuages se meurent
et là-bas, dans le silence, Andromaque pleure.

Ajax traverse le crépuscule triste, les genoux
ployés dans le ruisseau transparent,
et la vie s’envole de ses yeux ouverts
à la poursuite d’Hector, le flot bat
sa poitrine, l’obscurité trouble son regard
sans fond à travers les vagues et les buissons,
l’eau étreint ses hanches, sa lourde épée
tourbillonne dans le courant
entraînant dans sa fuite Ajax.

Сонет

Великий Гектор стрелами убит.
Его душа плывет по темным водам,
шуршат кусты и гаснут облака,
вдали невнятно плачет Андромаха.

Теперь печальным вечером Аякс
бредет в ручье прозрачном по колено,
а жизнь бежит из глаз его раскрытых
за Гектором, а теплая вода
уже по грудь, но мрак переполняет
бездонный взгляд сквозь волны и кустарник,
потом вода опять ему по пояс,
тяжелый меч, подхваченный потоком,
плывет вперед
и увлекает за собой Аякса.

Joseph Brodsky

Traduit du russe par Jean-Jacques Marie
In, Joseph Brodsky : Collines et autres poèmes
Editions du seuil, 1966

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.