Sans trop forcer

 

André Velter

 

Ce monde-ci tel qu’il va n’est pas le mien.
Mais la merveille de ce qui est
veille et s’éveille partout
sans trop forcer le destin ni la note.

Aux mains des teinturiers d’Alep
la soie trouve encore sa lumière
entre les plis de l’arc-en-ciel…

Par les rues des villes mortes
les bergers poussent les bêtes
jusqu’aux baptistères des évêques
et les tombeaux des dignitaires
servent de poulaillers…

À Palmyre le soir a ce goût de miel
qui courtise à jamais l’ombre de Zénobie…

Sous les oliviers d’Al-Mallaja
les poètes sont toujours frères de Linos et d’Orphée
parlant de source et d’or…

Ici les seuls dieux tolérables
sont les dieux sans lendemain…

Alors ce monde qui me garde la tête épique
et le cœur sur la main,
ce monde-là soudain est peut-être le mien.

                                        Palmyre, 9 septembre 2003

André Velter

France

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.