Plein vent

On lève les yeux au ciel
on reçoit un petit choc ― c’est rien
juste on a pris le jus de la beauté

Rien ne me révolte
je ne réclame rien
je loue le monde en locataire

Fureur démesurée
le sifflement
de l’eau dans la bouilloire

Écrasant un escargot
je songe à la frivole
gravité de mes pas

Laurent Albarracin

Extrait de Plein vent, Pierre Mainard éditeur, 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.