Jumeau

Alors te voilà…
Je t’ai tellement cherché !
Recule un peu, là, tes bras et tes yeux
À l’époque tout juste formés
Je voulais te sentir
Près de moi, à côté
Regarder tes sourires
Pas encore ébauchés
Quand j’ai senti partir
Tes forces, tes piliers
Les structures de ton corps
Les empreintes de tes doigts
Les rythmes et les volutes
Qu’on formait tous les deux
Je n’ai pas tout saisi
J’ai cru ma maladresse
Responsable de ta perte
Un inspire de surprise
Qui transforme en effroi
Mon envie de te suivre
D’être encore contre toi
Et ton cœur qui se greffe
À l’intérieur de moi
Qui bat et puis qui reste
Avant l’ange et son doigt
Se posant sur ma bouche
Pour oublier les temps de notre construction
Et même tous ceux d’avant
De notre folle union.

Lucie Meunier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.