L’été

 

Eugène Guillevic

Aujourd’hui la lumière
Est celle qui convient

Au volume
Atteint par l’été.

L’été calcule

Son volume au plus juste.

Et sa lumière.

La sphère

Est pleinement sphère.

Il n’y a plus
De plafond.

L’été

S’est consacré.

C’est comme si l’été
S’aiguisait encore.

On craindrait même

Un incendie de la lumière.

Le volume de l’été
Va distendre l’azur.

L’été

Est aux frontières.

Il veut franchir.

Il risque
L’éclatement

Dans une autre lumière
Inapprochable.

Après, dit le soleil,
C’est pour après.

Occuper l’autre —

Être la substance de l’autre.

Qui fera le creux?

Finie,

La moisson.

Dans un volume
Qu’il sent devenir flou,

L’été s’inquiète.

Dans l’été, le danger

Vient de trouver
A s’enrôler.

Caresser,
Bien sûr.

Caresses

De l’un à l’autre.

Caresses de tous
Au volume.

Ses répliques.

Tant et plus.

Ils sont tous fiers :

L’azur, le volume,
L’été, le soleil,
L’espace, la sphère.

La terre
Se recueille,
Garde mémoire.

Un clocher qui traverse
Une épaisseur de siècles

Et qui regarde

Le résultat
Des additions.

Eugène Guillevic

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.