Le fleuve

 

Mohamed Dib

Le clair de lustre était pour lui.
Rien pour la mère assise là-bas.
Elle, comme au bord d’un fleuve.Ne parlant pas.
Attendant.
Assise.
Que le fleuve eût fini de passer.
Et lui, ses paupières battirent.

Le fleuve qui sans jamais passer.
Le sommeil qui sans jamais passer.
Lui non plus sans jamais passer.

Il ferma les yeux.
Le fleuve déborda.
N’en finit pas de déborder.
Et quoi ?
La mère était toujours assise là-bas.

Mohamed Dib

Algérie

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.