La mort printanière

 

Abdellatif Laâbi

Réveille-toi
poème
fils de l’extrême douleur
Ce matin
nous avons marié notre plus belle femme à la mort printanière
Écrire est dérisoire. Dérisoire ce vitriol au cœur. Le ciel stérile de l’hiver. Le soleil du crime, un avorton pâle. Le silence des murailles concentriques, bâillons crénelés qui encerclent nos mains. Dérisoires nos yeux sanglants, striés de haine. Et nos paroles, pétards mouillés comme des langes à jeter. Dérisoire la ronde phtisique de nos pas dans la citadelle d’exil. Ô cet amour sauvage de la camaraderie des armes !
Pourtant il faudra te déployer
poème fils de l’extrême douleur car ce matin
nous avons marié notre plus belle femme à la mort printanière et pour nous
c’est un devoir de violence et de justice de célébrer ses épousailles

Abdellatif Laâbi

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.