Il n’y a plus de caravanes

 

André Velter

Même oublieux, c’était Noël à Jaisalmer
Et dans le sérail aux touristes il y avait
Un dîner de gala, de la musique avec
Des danses, des rythmes d’enfer et des cris amers.
Le maître d’hôtel, en smoking et turban rouge,
Jouait en virtuose de son ébriété.
Il semblait là sans y être ni avoir été,
Très loin du festin d’ombres où jamais rien ne bouge.Des rois mages titubants apportaient quelques sweets,
Les étoiles dans la nuit s’égaraient à la suite,
On servait du
Champagne
“Marquise de
Pompadour”Alors que d’un sourire aussi vain qu’un écho
On suggérait au moins de la
“Béghum
Cliquot”…
La rosée du désert faisait le sable lourd.

André Velter

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.