La cloche du soir

La cloche du soir

La barque s’enfuyait sur l’onde fugitive ;
La nuit se prolongeant comme un paisible soir
A la lune du ciel pâle, méditative,
Prêtait un doux abri dans son vêtement noir ;

Dans le lointain brumeux une cloche plaintive
Soupire un son pieux au clocher du manoir ;
Le saint bruit vient passer à l’oreille attentive,
Comme une ombre que l’oeil croit parfois entrevoir ;

A la pieuse voix la nacelle docile
Sur l’onde qui frémit s’arrête, puis vacille,
Et sur le flot dormant, sans l’éveiller, s’endort ;

Le nautonnier ému d’une main rude et digne
Courbe son front ridé, dévotement se signe…
Et la barque reprend sa marche vers le port.

Jules Verne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.