Homme et verbe

Alain Bosquet

Vous savez bien que la musique a sa propre raison.
Un poème s’explique par l’horizon,
par le hibou, par le mont chauve, par l’azur qu’on a bu; il n’est rien qui le sauve de l’imprévu.
De mot en mot tremblant, l’image s’amplifie, se dissout, sans subir d’esclavage.
Un lecteur fou,
transi, fébrile, on le souhaite à la moindre chanson, qui doit être une fête pour le garçon,
l’enfant, le vieillard et l’adulte.
Vous ne comprenez pas ?
Là-haut l’étoile exulte, la mer s’ébat :
comme la plage ils savent lire, ou la simple fourmi.
L’homme est au verbe pire que l’ennemi.

Alain Bosquet

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.