Homme et verbe

Alain Bosquet

Vous savez bien que la musique a sa propre raison.
Un poème s’explique par l’horizon,
par le hibou, par le mont chauve, par l’azur qu’on a bu; il n’est rien qui le sauve de l’imprévu.
De mot en mot tremblant, l’image s’amplifie, se dissout, sans subir d’esclavage.
Un lecteur fou,
transi, fébrile, on le souhaite à la moindre chanson, qui doit être une fête pour le garçon,
l’enfant, le vieillard et l’adulte.
Vous ne comprenez pas ?
Là-haut l’étoile exulte, la mer s’ébat :
comme la plage ils savent lire, ou la simple fourmi.
L’homme est au verbe pire que l’ennemi.

Alain Bosquet

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.