Fumées nuées

La fumée toussote elle est élastique
Atome après atome le ciel la digère
La clarté revient au-dessus du village
Elle s’étend s’épure
L’arbre délègue sa patience à ses entours
L’air s’y accorde paresseux à souhait
L’espace est bien sage qui s’efforce
De faire paître mon ignorance
Me voilà amoureux des rives
Où les oiseaux picorent

Nimrod Bena Djangrang

(Tchad)

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.