Fumées nuées

La fumée toussote elle est élastique
Atome après atome le ciel la digère
La clarté revient au-dessus du village
Elle s’étend s’épure
L’arbre délègue sa patience à ses entours
L’air s’y accorde paresseux à souhait
L’espace est bien sage qui s’efforce
De faire paître mon ignorance
Me voilà amoureux des rives
Où les oiseaux picorent

Nimrod Bena Djangrang

(Tchad)

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.