Éloge de la volupté

Ô douce
Volupté, sans qui, dès notre enfance,
Le vivre et le mourir nous deviendraient égaux ;
Aimant universel de tous les animaux,
Que tu sais attirer avec que violence !
Par toi tout se meut ici-bas.
C’est pour toi, c’est pour tes appâts,
Que nous courons après la peine :
Il n’est soldat, ni capitaine,
Ni ministre d’État, ni prince, ni sujet,
Qui ne t’ait pour unique objet.
Nous autres nourrissons, si pour fruit de nos veilles
Un bruit délicieux ne charmait nos oreilles,
Si nous ne nous sentions chatouillés de ce son,
Ferions-nous un mot de chanson ?
Ce qu’on appelle gloire en termes magnifiques,
Ce qui servait de prix dans les jeux olympiques,
N’est que toi proprement, divine
Volupté.
Et le plaisir des sens n’est-il de rien compté ?
Pour quoi sont faits les dons de
Flore,
Le
Soleil couchant et l’Aurore,
Pomone et ses mets délicats,
Bacchus, l’âme des bons repas,
Les forêts, les eaux, les prairies,
Mères des douces rêveries ?
Pour quoi tant de beaux arts, qui tous sont tes enfants ?
Mais pour quoi les
Chloris aux appâts triomphants,
Que pour maintenir ton commerce ?
J’entends innocemment : sur son propre désir
Quelque rigueur que l’on exerce,
Encore y prend-on du plaisir.
Volupté,
Volupté, qui fus jadis maîtresse
Du plus bel esprit de la
Grèce,
Ne me dédaigne pas, viens-t-en loger chez moi ;
Tu n’y seras pas sans emploi.
J’aime le jeu, l’amour, les livres, la musique,
La ville et la campagne, enfin tout ; il n’est rien
Qui ne me soit souverain bien,
Jusqu’au sombre plaisir d’un cœur mélancolique.
Viens donc ; et de ce bien, ô douce
Volupté,
Veux-tu savoir au vrai la mesure certaine ?
Il m’en faut tout au moins un siècle bien compté ;
Car trente ans, ce n’est pas la peine

Jean de La Fontaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.