Dans la lumière noire de la nuit

Amina Saïd

 

la chair pâle de la lune
comme l’épaule ronde d’une femme
je m’attendais à attendre
afin que soient réunis les instants
d’avant de maintenant et d’après
l’inconnu dans le poème
et les surprises du lendemain
quand tu as refermé les bras
nous regardions en nous-mêmes
écoutant respirer l’infini
quand tu as refermé les bras
il ne restait qu’un instant
si bref que le silence
s’est brisé en minuscules fragments
quand tu as rouvert les bras
une flamme tendre se consumait
depuis, le silence des mots
nous l’aurons retourné dans tous les sens
sous tous les angles
avant de nous prendre par la main
puis nous aurons laissé la nuit
tomber face contre terre
parfois le silence ne me rassure plus
je m’inquiète d’avoir des nouvelles
me feras-tu un signe complice
qui me rendrait au monde
me rendrait des yeux une bouche un corps
me rendrait la lumière
parlerons-nous d’hier rirons-nous de rien
diras-tu mon nom une fois encore
envisagerons-nous demain
nous accorderons-nous une parcelle de temps

Amina Saïd

Français (Tunisie)
Source : Lyrikline

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.