Aube

 

Serge Bec

Aube

Tu es ma femme. Ma femme pour boire
Et pour manger. Ma femme…
Je t’offre le livre qui pleure et qui rit
Je t’offre l’énorme ivresse de la terre
Et l’adolescence de l’herbe qui guérit
Et la vérité simple de l’eau toujours libre
Qui féconde dans ta peau le luxe de vivre
Je t’offre la volonté de détruire la guerre
Je t’offre le sable du soleil
La mémoire audible que verrouillent
Les coquillages. Mais le temps passe vite !
Je t’offre la sève des brindilles
Qui tombent du nid des étoiles
Mères des oiseaux. Que le temps passe vite
Quand il fait clair ! Je t’offre le moyen
de te lever la faim.

Je t’offre la voile sur la mer
Le désir du soleil sur la plage
La neige et le feu magiques
Moi qui ne suis pas chrétien
Je t’offre l’œuf de Pâques.

Vers la mer retournent les mouettes
Le vent marin du temps neuf nous attend
Toutes les cages sont mortes
On a lâché les oiseaux dans les taillis.

Tu es ma femme. Ma femme pour aujourd’hui
Et pour demain. Tu es ma femme pour la nuit
Et pour l’aube qui agrandit ses yeux
Ma femme du commencement
À la fin du temps. Ma femme.

In Mémoire de la chair suivi de Aube, 1960

Auba

…Sias ma femna. Ma femna per beure
E per manjar. Ma femna…
Te porgisse lo libre que plora e que ritz
Te porgisse l’enebriadura de la terra
E la jovènça de la tepa que garis
E la vertat simpla de l’aiga sèmpre liura
Qu’emprenh dins ta pèu la belória de viure
Te porgisse la volontat d’esbarbolar la guèrra.
Te porgisse la sabla dau solèu
La memória ausibla que pestèlan
Lis arcèlis. Mas lo temps passa lèu !
Te porgisse la sabla di privèlas
Que cabussan dau nis dis estèlas
Maires dis aucèus. Que lo temps passa lèu
Quora fai clar ! Te porgisse lo mejan
De te levar la fam.

Te porgisse la vela sus la mar
La desirança dau solèu sus la plaja
La nèu et lo fuóc qu’emmascan
Ieu que siáu pas crestian
Te porgisse l’uóu de Pascas.

Vers la mar s’en tornan li gabians
Lo vènt larg dau tèmps nòu nos espèra
Toti li gàbias son mórtas
Lis aucèus son estats bandits dins la brotiera.

Siás ma femna. Ma femna pèr uei
E pèr deman. Sias ma femna pèr la nuech
E pèr l’auba qu’alarga sis uelhs
Ma femna dau començament
A la fin dau tèmps. Ma femna.

In Memória de la carn seguit de Auba, 1960

Serge Bec

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.