Abrités sont les amants

 

Nelly Sachs

 

Abrités sont les amants

Abrités sont les amants
sous le ciel emmuré.
Un élément secret les alimente en souffle
et ils portent les pierres à la bénédiction,
et tout ce qui grandit
n’a plus chez eux qu’une patrie.

Abrités sont les amants
et pour eux seuls les rossignols encore trillent
et se sont pas éteints dans une surdité,
et les légendes feutrées de la forêt, les biches,
souffrent pour eux dans une douceur.

Abrités sont les amants
ils découvrent la douleur cachée du soleil du soir
qui saigne sur une branche de saule –
et dans les nuits s’entrainent souriants à mourir
une mort feutrée
avec toutes les sources qui coulent dans la nostalgie.

 

 

Geschirmt sind die Liebenden

Geschirmt sind die Liebenden
unter dem zugemauerten Himmel.
Ein geheimes Element schafft ihnen Atem
und sie tragen die Steine in die Segnung
und alles was wächst
hat nur noch eine Heimat bei ihnen.

Geschirmt sind die Liebenden
und nur für sie schlagen noch die Nachtigallen
und sind nicht ausgestorben in der Taubheit
und des Waldes leise Legenden, die Rehe,
leiden in Sanftmut für sie.

Geschirmt sind die Liebenden
sie finden den versteckten Schmerz der Abendsonne
auf einem Weidenzweig blutend –
und üben in den Nächten lächelnd das Sterben,
den leisen Tod
mit allen Quellen, die in Sehnsucht rinnen.

Nelly Sachs

Traduit de l’allemand par Jean-René Lassalle

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.