Je me fête et je me hais

Me celebro y me odio

Me celebro y me odio a mí mismo
palpo el muro en que habrá de grabarse mi ausencia
mientras el poema se escribe contra mí,
contra mi nombre
como una maldición del tiempo.
Escupo estos versos en la guarida de Dios
donde nada existe
sino el poema contra mí.

Je me fête et me hais

Je me fête et me hais moi-même
je palpe le mur où il faudra graver mon absence
tandis que le poème s’écrit contre moi,
contre mon nom
contre une malédiction du temps.
Je crache ces vers dans le refuge de Dieu
où rien n’existe
sinon le poème contre moi.

Leopoldo María Panero

(Espagne, 1948-2014) – Guarida de un animal que no existe (Visor Libros, 1998) – Territoire de la peur (Editions L’Oreille du Loup, 2011) – Traduit de l’espagnol par Stéphane Chaumet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *