Trente secondes de la vie d’un homme

 


Le temps de saisir dans son œil
Le chat l’oiseau la rose l’abeille
Et le regard perdu d’une fille de rueLe temps de saisir dans son nez
L’odeur puissante du goudron
Et le parfum porteur d’un nom de reineLe temps d’orner l’oreille
D’un cri d’enfant
D’un crissement de roue

Le temps de respirer six fois
De rêver d’espérer
Et de rouler comme un galet
Dans le torrent sauvage de la vie

Edmond Dune

Rencontres du veilleur (La Tour de feu, 1959)

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.