Se laver les mains

Se laver les mains

Il a donné sa vaisselle à laver au Gulf-Stream
doré ses petits pains avec un rayon de soleil
et maintenant il se fait une ceinture
avec la queue qu’il a arrachée au diable
Tout cela lui vaudra de rencontre la danse de Saint-Guy
au pied d’un escalier en colimaçon
qui fait la pluie et le beau temps
comme un petit oiseau sur le chapeau des braves gens
C’est pour cela que je n’ai pas de chapeau
c’est pour cela aussi que les poux
détestent les miroirs
que j’ai fait de mes yeux
comme la pluie fait le beau temps
et le cheval le fer à cheval
Il n’y a guère que le papier mural des chambres d’hôtel
qui ne puisse pas en faire autant
Il est vrai que les temps sont durs
on dirait ma queue
et ne s’inquiètent pas des grains de sable
qu’on trouve si souvent dans le raisin
C’est un tort
car d’eux vient le désert du Sahara
et quelques autres

Benjamin Péret

Le Surréalisme au service de la révolution, N° 2
Librairie José Corti, Octobre 1930

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.