Prison d’air

Prison d’air

Réseau tissé avec d’invisibles fils,
prison d’air en laquelle je bouge à peine,
piège de lumière qui ne semble pas un piège
dans lequel mon pied s’emmêle à des cordes
de lumière aussi… Bien lié

Geôle sans geôlier et sans serrure
où je mange mon pain et bois mon eau
jour après jour… ! Tandis que dehors
s’offrent en fleurs, tremblants, miens encore,
tous les chemins de la terre !…

Cárcel de aire

Red tejida con hilos invisibles,
cárcel de aire en que me muevo apenas,
trampa de luz que no parece trampa
y en la que el pie se me quedó-entre cuerdas
de luz también…-Bien enlazado.

Cárcel sin carcelero y sin cadenas
donde como mi pan y bebo mi agua
día por día… ¡Mientras allá fuera
se me abren en flor, trémulos, míos
aún, todos los caminos de la tierra!….

Dulce María Loynaz (Cuba)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.