Premier mai

Premier mai

Pologne en
France au bruit de centaure entrant dans

l’eau
Tutoyer ton malheur

Dans l’oubli collectif de dates, de
Nocturnes de shakos, de fragments noircis d’icônes et de films dans la honte d’un amour dissymétrique ou de mon imagerie privée d’une nuit de
Vistule avec
Stachura « noire ingratitude… » ?

Comment renier cette délégation du poème et faire page à contre-poème, à front renversé, s’il s’agit moins d’un texte avec pologne que de faire quelque chose avec un poème qui ne se ferait pas trop entendre, utile comme
Marthe, traductible, réductible, exportable, qui parte en colonnes avec d’autres secours ?

C’était l’image d’un pays qu’on s’arrache comme un

enjeu de corde
Entre deux camps qu’un camp déporte à l’Ouest et

l’autre à l’Est
Pendu maintenant par sa frontière verticale
Interdit de contours d’islandes arrondies de bords

convexes comme des continents

Quand la nation collabore contre elle-même, occupée par elle-même en gants de milice, un masque de fer vichyssois verrouille les bouches, solide erre la résistance.

Mais sa frontière est de langue au cœur

sa frontière est de langue naturelle

Avec un bruit scolaire l’essaim des langues se ravitaille dense d’où les migratrices ensemencées de
Nonvid de
Milosz

essaiment à
Milwaukee à
Melbourne à
Paris

Michel Deguy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.