Point d’appui (1999)

EST-CE UN VOYAGE qui finit
poussière qui en lui rend à l’œil l’oignon et le pain
temps qui de lui rampe vers le tunnel du sud

faut-il atteler la valise
voyage qui en elle porte les pierres et le chemin
main qui de lui me traverse

voyage qui en moi ne sait manger que de la poussière

EST-CE ICI QUE SE GARDE comme le ciel et le deuil
la neige cicatrisée de l’enfance
tambour qui roule quand glisse sous la nuit
l’olive blanche du dormeur

que monte vers le soleil la perche
qui bat l’amande et la noix

rien ne crie là-haut
personne ne touche au figuier

Jean Portante
Le travail de la baleine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.