Parfois je ramasse

Parfois, je ramasse

Parfois je ramasse
un poème blessé
qui meurt
entre mes mains

Je l’enterre

Et ma solitude s’accroît

Anise Koltz (Luxembourg)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.