Océan

Océan

L’ancêtre parle, c’est l’océan, c’est une race qui lavait les continents avec son voile de souffrance ; il dit cette race qui est chant, rosée du chant et le parfum sourd et le bleu du chant, et sa bouche est le chant de toutes les bouches d’écume ; océan ! tu permets, tu es complice, faiseur d’astres ; comment n’ouvres-tu pas tes ailes en poumon vorace.
Et voyez ! il ne reste que la somme du chant et l’éternité de la voix et l’enfance déjà de ceux qui en feront héritage.
Car pour la souffrance elle appartient à tous : chacun en a, entre les dents, le sable vigoureux.
L’océan est patience, sa sagesse est l’été du temps

Edouard Glissant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.