Océan

Océan

L’ancêtre parle, c’est l’océan, c’est une race qui lavait les continents avec son voile de souffrance ; il dit cette race qui est chant, rosée du chant et le parfum sourd et le bleu du chant, et sa bouche est le chant de toutes les bouches d’écume ; océan ! tu permets, tu es complice, faiseur d’astres ; comment n’ouvres-tu pas tes ailes en poumon vorace.
Et voyez ! il ne reste que la somme du chant et l’éternité de la voix et l’enfance déjà de ceux qui en feront héritage.
Car pour la souffrance elle appartient à tous : chacun en a, entre les dents, le sable vigoureux.
L’océan est patience, sa sagesse est l’été du temps

Edouard Glissant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.